Partager ce Post

Politique / Société & Santé

Cameroun: Les appuis multiformes de Paul Biya à l’éducation

Cameroun: Les appuis multiformes de Paul Biya à l’éducation

-Deux milliards de FCFA comme subvention aux établissements privés pour améliorer les conditions de travail des enseignants et alléger les charges liées à leurs fonctionnements.

-Un don de 850 millions de FCFA pour l’organisation et le suivi des derniers examens scolaires.
-Un appui spécial avait été libéré par Paul Biya pour des primes spéciales à toute la chaine d’organisation et de suivi des examens scolaires.
-Les primes spéciales accordées aux enseignants ayant suivi les élèves pendant les congés de Pâques dans les régions anglophones très attendu en ces périodes de rentrée scolaire, un communiqué radio-presse du ministre des Enseignements secondaires, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, annonce la bonne nouvelle : « le ministre des Enseignements secondaires porte à la connaissance des secrétaires nationaux, des secrétaires à l’éducation et des fondateurs d’établissements privés d’enseignement secondaire et normal ayant sollicité la subvention financière de l’Etat pour l’exercice budgétaire 2017, que la décision portant répartition de ladite subvention a été publiée et peut être consultée dans les secrétariats nationaux, les délégations régionales des Enseignements secondaires ou au site Internet du ministère des Enseignements secondaires.

Cette mesure spéciale prise par le chef de l’Etat permettra d’améliorer les conditions de travail des enseignants et alléger les charges liées au fonctionnement des établissements privés laïcs et confessionnels. Depuis son accession à la magistrature suprême en novembre 1982, la jeunesse est au centre de l’action politique du Chef de l’Etat. Cet intérêt se manifeste par de nombreuses réalisations de portée nationale dans le domaine de l’Education, la formation, l’emploi et l’encadrement social. La création de nombreux départements ministériels tels que l’Education de base, les Enseignements secondaires, l’Enseignement supérieur, l’emploi et la formation professionnelle et la jeunesse et l’Education civique pour ne citer que ceux-là, chargés spécifiquement de l’accompagnement et de l’encadrement des jeunes le démontre.

Les volumes de crédits alloués chaque année à ces ministères prouvent inéluctablement, l’importance des efforts consentis par les pouvoirs publics pour les jeunes. Malgré la conjoncture actuelle, Paul Biya n’a pas fait mentir sa réputation. En dépit de son poids financier, l’enseignement secondaire de deuxième génération sera bel et bien une réalité au Cameroun. Les retombées de la décision de vendredi dernier sont incommensurables, pour l’arrimage de l’enseignement secondaire à la modernité éducative et didactique, et la promotion de l’enseignement secondaire de deuxième génération. C’est dans ce sens que l’atelier préparatoire à la réécriture des programmes du secondaire général tenu récemment au Centre d’appui à l’action pédagogique à Yaoundé avait toute son importance.

Pour le ministre des Enseignements secondaires (MINESEC), Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, il était question au cours de cet atelier, tous ensemble, de mettre en exergue l’approche par la compétence. Objectif, la redéfinition d’un élément consensuel de cadrage des programmes. Face aux exigences de l’heure, c’est un impératif de la plus haute importance devant aboutir à l’amélioration de la qualité de l’apprentissage. En conséquence, le Cameroun se doit de rattraper le temps perdu par rapport à cette réforme impulsée par le Président de la République, résolument voulue et inspirée par le monde de l’entreprise, du travail et de l’intégration qui s’appuie sur l’existant, afin de construire de meilleures compétences. Pour les 850 millions de FCFA, ils ont été répartis dans les dix régions du pays dans le cadre du renforcement de la bonne organisation des examens officiels.

Comme si cela ne suffisait pas, des primes spéciales ont été offertes aux enseignants qui ont consenti des efforts supplémentaires pendant les congés de pâques à l’effet d’inoculer leur savoir à ces jeunes au risque de leurs vies respectives. Ces enseignants n’étaient pas les seuls à être récompensés. Au chapitre des récompenses se trouvaient également en bonne place, ces élèves qui ont dit non, aux fauteurs de troubles dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest pour venir recevoir de leurs enseignants et ceci pendant les congés, l’essentiel des enseignements qui n’ont pu être donnés de façon normale à cause des perturbations provoquées par la crise anglophone. En ce qui concerne les subvention autres, il est clair que le Ministre Ngallè a piloté avec dextérité les dossiers sensibles et délicats à lui confiés .C’est le cas de celui de la subvention .En effet, selon un communiqué qu’il a lui-même signé depuis le 18 Août courant, le Ministre des Enseignements secondaires porte effectivement à la connaissance des Secrétaires nationaux, des Secrétaires à l’Education et des fondateurs d’établissement privés d’enseignement secondaire et normal ayant sollicité une subvention financière de l’Etat pour l’exercice budgétaire 2017,que la Décision portant répartition de ladite subvention a été publiée et peut être consultée dans les Secrétariat nationaux, les Délégations régionales des Enseignements secondaires ou au site internet du Ministère des Enseignements secondaire. Pour le reste des subventions, elles vont contribuer à rendre l’enseignement secondaire de deuxième génération effective par la professionnalisation des Enseignements. Il n’est pas inutile de rappeler que le soutien du Président de la République en faveur du monde éducatif est constant.

En 2016 par exemple, face à l’insécurité grandissante dans la région de l’Extrême-Nord du fait des attaques de la secte terroriste Boko Haram, Paul Biya avait offert un don constitué des kits pédagogiques pour les 3160 élèves déplacés, d’une valeur totale de 32,5 millions de FCFA et des denrées alimentaires évaluées à 245 millions de FCFA. En plus de ces dons, les contributions exigibles dont l’inscription dans les établissements ont été entièrement payées dans le cadre de l’offre spéciale du Président de la République, pour un montant global de 25,9 millions de FCFA. Les frais aux examens officiels pour une enveloppe de 7,965 millions de FCFA à 949 élèves, soit 492 candidats au BEPC (Brevet d’études primaires de premier cycle), 53 au CAP (Certificat d’aptitude professionnelle), 308 au Probatoire et 96 au Baccalauréat, ont également été réglés. Grosso modo, l’appui de Paul Biya en faveur des élèves déplacés de la région de l’Extrême-Nord s’est élevé à 310,773 millions de FCFA en 2016.

Par ailleurs, dans les quelque cinq milliards de FCFA dégagés par le gouvernement dans le cadre du plan d’urgence pour les enseignements secondaires dans la région de l’Extrême-Nord, une bonne partie a été allouée à la construction de 256 salles de classe, la fabrication de 7 930 tables-bancs, de 252 bureaux d’enseignants, des forages, des blocs latrines, de 20 dortoirs et de 10 cantines scolaires. Ces dernières années d’importants moyens ont été judicieusement exploités en vue de rendre tous les ordres d’enseignement opérationnels dans le cadre des principes de notre politique aussi bien au niveau de l’encadrement pédagogique qu’à celui des infrastructures à tous les niveaux. Au niveau de l’enseignement secondaire général, notamment, en conformité avec la politique tendant à reprocher l’école de la famille, des établissements scolaires ont été créés dans les différentes unités administratives suivant les prévisions du Plan visant à créer dans chaque chef-lieu de département un lycée et dans chaque arrondissement un collège d’enseignement général.

Au niveau de l’enseignement technique, la priorité accordée à cet ordre d’enseignement s’est concrétisée par la création de nouveaux établissements de différents niveaux (lycées techniques, collèges d’enseignement technique, sections artisanales rurales). Les choses sont aussi claires comme l’eau de roche pour emprunter une certaine expression .Ngallè Bibehe, le Ministre des Enseignements secondaires a mis tout en œuvre, pour que, toutes ces opérations liées aux différentes subventions se déroulent dans la plus grande transparence. Rien à voir avec les élucubrations sur les réseaux sociaux de certaines personnesmal intentionnés et très loin de ces dossiers. Au Minesec, l’heure est aujourd’hui aux derniers réglages pour une année scolaire 2017-2018 excellente.

Source: https://actucameroun.com/2017/08/21/cameroun-les-appuis-multiformes-de-paul-biya-lducation/

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…